Accueil » Crypto-monnaie » Définition des termes Blockchain, Minage et Hash

Qu’est-ce que la Blockchain, le Minage, le Hash ?

par | 21 Déc 2018

Au quotidien nous utilisons les services de différents tiers de confiance (Banques, Notaires, plate-formes internet). Ces derniers ne font pourtant pas toujours consensus que ce soit en termes de fiabilité ou de légitimité. Est-il possible de se faire confiance sans recourir à un tiers ? La blockchain est-elle cette opportunité ?

Les nouvelles technologies ont permis aux individus de communiquer et de s’organiser entre eux directement sans passer par un intermédiaire. Mais lorsqu’un échange implique un transfert de valeur, nous avons besoin d’un tiers de confiance.

Il faut passer par une banque pour transmettre de l’argent, ou par un notaire pour céder une propriété. La supervision de ces tiers de confiance n’est pourtant pas sans risque. Ce qui explique que nous perdions peu à peu confiance dans nos institutions. Aujourd’hui, la blockchain offre une alternative innovante au schéma actuel en promettant de résoudre les problèmes intrinsèques au fonctionnement des tiers de confiance.

Qu’est-ce qu’une blockchain ?

Blockchain

Une blockchain ou chaîne de blocs est une base de données distribuée dont les informations, envoyées par les utilisateurs, sont vérifiées et groupées à intervalles de temps réguliers en blocs, liés et sécurisés grâce à l’utilisation de la cryptographie, et formant ainsi une chaîne.

Autrement dit, c’est un système informatique permettant d’enregistrer chronologiquement, de manière indélébile des transactions entre des parties. C’est un registre transparent de toutes les transactions effectuées depuis le démarrage du système – que chacun peut consulter mais sans jamais pouvoir modifier les écritures (car protégées par les nœuds de stockage). Ce registre est constitué de blocs qui contiennent chacun de centaines de transactions. Ils s’ajoutent aux uns et aux autres, formant ainsi une chaîne d’où le terme chaîne de blocs ou blockchain.

Les transactions peuvent être de nature très différentes : il est possible d’enregistrer un échange d’actif ou un contrat numérique.

Histoire de la blockchain :

C’est après avoir bien observé la crise des subprimes aux États-Unis à partir de juillet 2007 que le japonais Satoshi Nakamoto a réfléchi à un système qui permettrait de s’échanger de la monnaie sans passer par une banque. Et en janvier 2009, il créa le Bitcoin dont les grands principes sont les suivants :

  • C’est un logiciel libre (c’est-à-dire un logiciel dont l’utilisation, l’étude, la modification et la duplication en vue de sa diffusion sont permises, techniquement et légalement)
  • C’est un logiciel participatif (c’est-à-dire tout le monde peut contribuer non seulement à son fonctionnement mais aussi à l’amélioration des algorithmes)
  • C’est un système qui est décentralisé (c’est-à-dire ça ne passe pas par une banque ou par un organisme centralisateur)

C’est aussi une monnaie, dont trois contraintes à résoudre :

  • La possibilité de le transférer d’un tiers à un autre
  • L’assurance qu’une même transaction n’aura pas lieu plus d’une fois
  • La confiance

Face à ces trois contraintes, il apporta trois solutions techniques :

  • L’utilisation du réseau peer-to-peer (P2P) pour le transfert d’un tiers à un autre. (Un réseau P2P est un réseau qui permet à des ordinateurs de se communiquer directement sans passer par un serveur central, chaque client étant aussi un serveur)
  • Pour s’assurer qu’une même transaction n’aura pas lieu plus d’une fois, il a eu l’idée de faire inscrire chacune d’elles dans un registre partagé, public et distribué de manière à ce que tout le monde puisse vérifier que les transactions sont bien uniques : c’est ça la blockchain.
  • Enfin pour garantir la confiance, il a développé les techniques de minage (qui consistent à contrôler et valider toutes les transactions enregistrées dans une blockchain).

En créant ce système, il a créé la première blockchain, la blockchain bitcoin. Depuis 2009, la crypto-monnaie Bitcoin est capitalisée à plus de 141,4 milliards de dollars US, la valeur d’un bitcoin est passée de quelques centimes de dollar US à plus de 13000 dollars US (en 2018).

Qu’est-ce que le minage ?

Technologie

L’opération de minage consiste à assembler des transactions en « blocs », en y adjoignant un en-tête indiquant notamment la version du bloc, la taille, le nombre de transactions enregistrées, la date et l’heure, une somme de contrôle (“hash”) interdisant toute modification du bloc et servant également d’identifiant unique au bloc, ainsi que l’identifiant du bloc précédent.

Les mineurs sont des individus ou des entreprises qui mettent à disposition la puissance de calcul de leurs ordinateurs pour effectuer les calculs nécessaires au fonctionnement de la blockchain. Ils incluent dans les blocs qu’ils constituent une transaction particulière qui les crédite d’un certain nombre de pièces de crypto-monnaie créées à cet effet (c’est d’ailleurs le seul et unique moment que la crypto-monnaie est créée dans le système), et intègre des frais spécifiques de transaction. Cette rémunération ne sera toutefois effective que si le bloc est définitivement accepté dans la chaîne de blocs par les autres nœuds. C’est cette création de monnaie qui explique l’utilisation du terme “minage”, par analogie avec l’exploitation des mines d’or.

Une fois qu’un bloc de transactions est vérifié et validé par plusieurs ordinateurs du réseau, celui-ci est enregistrée sur chacun des ordinateurs du réseau. Si vous voulez par exemple corrompre le registre (la blockchain), il va falloir le corrompre sur tous les ordinateurs du réseau – Chose impossible, d’où la confiance.

Qu’est-ce qu’un HASH ?

Hashage

Un hash est une combinaison de chiffres et de lettres, générés par un algorithme informatique et destinés à représenter des données (les données étant généralement un fichier ou du texte). C’est l’adresse unique d’une donnée.

Par exemple chaque fois que vous effectuez un paiement en crypto-monnaie, vous recevez un hash dans votre portefeuille. C’est le hash de la transaction dans la blockchain et une preuve qu’elle a eu lieu.

Adresse après le Hash

Le hash représente la signature électronique (ou l’empreinte) des données.
Si vous rencontrez par exemple des problèmes avec une transaction sur une plateforme, le service technique compétent pourrait vous demander de fournir le hash de la transaction afin de trouver votre paiement et résoudre le problème.

Révolution ?

les experts disent que la blockchain va devenir à la transaction ce que internet a apporté comme révolution à l’information. Çà génère la confiance et la sécurité nécessaires pour automatiser l’exécution des contrats intelligents (ou Smart Contracts) sans avoir recours à un tiers.

Le Honduras a décidé de mettre en place le cadastre numérique adossé à la blockchain.

Le Ghana s’y est déjà lancé à travers l’ONG africaine Bitland – Une simple adresse, un titre de propriété.

L’école supérieure d’ingénieurs Léonard-de-Vinci (ESILV), basée en France, a décidé de certifier ses diplômes sur une blockchain, emboîtant ainsi le pas à la Holberton School aux Etats-Unis, qui est sur la même voie.

Certains métiers comme celui de banquier, de notaire pourront-ils disparaître ?

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Catégories liées

7
Portefeuilles de
crypto-monnaie

11
Sites d’échange,
de Trading de
crypto-monnaies

13
Robinets à
crypto-monnaies

9
Sites
rémunérateurs

2
Sites pour
paiements en ligne